Le Passe Muraille

Tout le déplaisir est pour nous

Trois livres d’Hervé Chayette

par Fabrice Pataut

Hervé Chayette a proposé à trois reprises, sans redite et avec fidélité, trois très beaux manuels du déplaisir : Kapok (URDLA, 2002), 76, avenue Marceau(Seuil, 2005) etObjets(Pierre-Guillaume de Roux, 2011).

Le déplaisir est l’autre nom de la satisfaction. Il nous rappelle à l’ordre, comme les anciens échecs rappellent le passé à la mémoire aux moments les mieux choisis. J’aime en particulier que l’emménagement et le déménagement sortent enfin du quotidien avec listes et cartons pour retrouver chez Chayette leur fonction religieuse et incantatoire. Un inventaire est après tout un dénombrement. L’Ancien Testament en est plein, notamment dans ses livres poétiques. La critique est passée à côté, a voulu trouver du luxe, du chic et des privilèges là où il y avait l’ennui et le vide plein du bruit terrible des maisons tenues par les domestiques. C’est dommage. C’est énervant, aussi.

Relisez Chayette et vous verrez qu’il y a tout autre chose : l’opposé de la nostalgie, la fuite incessante vers un futur plein de peines et de drôleries.

Je porte de temps à autre un costume d’hiver gris clair fait autrefois sur mesure pour Hervé, laissé par lui en cadeau. Je l’enfile, je sors. Une sourde et savoureuse euphorie s’empare de mes jambes. Je m’assieds à une terrasse ou sur un banc pour la chasser. Je vise la largeur parfaite des revers, le joli tombé des épaules. Mais non… c’est la bonne humeur qui gagne, la terrible et douloureuse chayetterie de la postérité.

F.P.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *