Le Passe Muraille

Politique du néant

Rorik Dupuis Valder

06/09/2020

Je ne comprendrai jamais vraiment ce qui pousse les gens à s’engager dans un mouvement, adhérer à un parti, suivre un leader, envahir le monde d’affichettes colorées, s’épingler des pin’s à la boutonnière et voter.

Je ne peux m’ôter de l’esprit l’image du militant comme celle de la jeune recrue séduite par les motifs de l’uniforme ; un type un peu paumé, disponible et pas très doué, qu’on aura embrigadé par la circonstance de l’ennui ou de sa naïveté, celui-ci mordant au réconfort de la hiérarchie et de l’idéologie pour compenser quelque nécessité affective.

C’est cela, me semble-t-il, la politique : une bande de paumés revanchards qui bavardent entre eux en en oubliant les autres. Une affaire de dialectique intéressée pour citadins désœuvrés et péquenots arrivistes — ces derniers étant sans doute les plus dangereux.

Aussi convient-il parfois, par la surprise et le spectacle de la désintégration, de faire cesser net les bavardages. Nitroglycérine et trinitrotoluène étant les réponses du berger à la bergère, de l’artiste au pollueur.

Personnellement je n’ai jamais eu aucune espèce de considération pour la hiérarchie convenue, qu’elle soit sociale, institutionnelle ou professionnelle ; ce qui n’exclut pas la morale ou la courtoisie pour autant, au contraire.

Je ne crois qu’en la hiérarchie naturelle. Tandis que les moins inspirés parlent d’« autogestion », certains appellent cela Dieu, d’autres, les plus craintifs, « les lois de la jungle ». 

Si croyants et non-croyants peuvent s’écharper à l’infini, l’éthologue spécialiste des milieux tropicaux vous dirait qu’il n’y a pas plus complexe et harmonieux que cet équilibre sauvage, inamissible, qui ignore les règles théâtrales de la civilisation.

La nature est bien faite, ne la contrarions pas. Surtout lorsque la machine humaine se dérègle au point de répondre à la crainte de la prédation individuelle par le vice de la prédation institutionnelle. 

Il n’y a pas que la violence dans les lois de la jungle ; il y a aussi, et avant tout, la protection.

Protégeons-nous de la politique.

R.D.V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *