Le Passe Muraille

Hommes-mots ! Ne vous fermez pas…

 

par Mykola Istyn

 

 

DE L’ARTEFACT DU NEXTMODERNISME

Baissez les marteaux et détendez les doigts,

que les clous tombent de votre main,

ceux que vous enfoncez dans le cœur…

Pour ne pas complètement clouer avec vos dogmes la porte cordiale de la morale,

derrière laquelle il y a tout un éventail de sentiments de la volonté…

Comme jadis on portait les livres des idéologies inviables aux centres de recyclage du papier,

faites maintenant de même avec les éditions fraîches du don douteux de la culture restrictive,

ses couches folklo et ses technologies politiques.

Et il ne faut pas éprouver les frissons des pissenlits de l’exécution.

La perte de la Crimée,

tel un biscuit tombé de la poche d’un enfant, c’est une petite inattention,

un ennui minuscule,

comparée à la perte de la rime, à la défaite de la littérature qui est la structure,

la base

et la carcasse

de l’Ukraine,

malgré les batailles politiques dans les sièges économiques.

Car dans le pays où même les terres et les eaux sont oligarquées…

Où la loi est comme une écharde irritante dans la jambe…

Où même le ciel est divisé par les pasteurs…

L’idée illimitée de la liberté n’est possible que dans la parole.

Les écrivains bricolent les escaliers des constructions verbales,

les escaliers encore inconnus, nouveaux, surpuissants,

en soi-même

et dans le Ciel,

ils ont leur propre voie vers le Dieu.

El dans le champ de vision du monde l’harmonie règne sur la Terre.

L’âme doit être non pas dans une grotte ascétique du destin, déshéritée,

mais incarnée dans les galaxies cosmiques,

où règnent un bien de toutes les dimensions

et l’amour entre tous les hommes,

où nos mondes rayonnent dans les bonheurs,

comme dans les plus grandes douceurs.

Le sens usé, saigné à blanc du mot capté dans les chaînes du conservatisme

ne peut être libéré que par les victoires poétiques en allumant les mondes insolites –

de l’artefact du nextmodernisme.

Comme les éclats de la révolution littéraire.

L’annotation de l’évolution culturelle

Du phénomène créatif récemment appris…

 

 

LE MONDE NE DORT PAS

Grygoriy le philosophe, entend-moi : le monde ne dort pas !

Maїdan ressemble à une poêle brûlante.

Les pneus en feu crépitent.

La foule coule dans les rues comme de la lave volcanique.

Les rebelles battent les tambours, ou plutôt les barriques.

Non pas dans l’eau mais dans le sang sont lavées les mains des bourreaux.

Les corrupteurs perdent leurs couronnes.

Les hetmans perfides montrent les talons.

Et puis, la guerre.

Deux fronts adversaires.

Et on voit sortir les balles et on entend des explosions de la part de la pseudo-culture envahissante.

Les bottes de l’occupant écrasent l’impératif de Kant.

Oh, est-ce vrai que toutes nos victimes et nos prouesses c’était pour changer le groupement des oligarques par d’autres oligarques

et pour remplir l’Europe par les « ostarbeiters » volontaires.

Mon Ukraine à une vision du monde différente.

La liberté, c’est ton butin.

Le pays des poésies

Améliore ton destin.

Les lois d’actualité qui délimitent la vérité sont des fondements pour le nouvel ordre d’un monde,

non au contenu de seconde main mais le monde du nextmodernisme.

Nos autres mondes ont raison de rayonner dans le ciel du cosmisme avec les soleils des autres valeurs,

d’élever l’Ukraine jusqu’aux espaces cosmiques, aux étoiles des idées et leurs galactiques.

Tes hivers froids passés debout au Maїdan

et les tableaux écrits rouge sur blanc par les blessures sous les pansements

seront vains jusqu’à ce que le pays ait changé sa vision du monde ordinaire

pour les mondes brillants nextmodernes.

 

LA GUERRE 2022

Les têtes

aux idéologies cancérogènes

envahissent le biotope de nouveau,

l’occupent en tirant

sur la vie,

apportent la mort,

et pour une raison inconnue ceux qui sèment le mal

règnent toujours chez notre voisin de nord.

Nous luttons contre leurs armées

nombreuses et zombées,

contre leur face pseudo-humaine, éclaboussée

du sang des innocents et de la journée blessée.

Nous défendons notre droit véritable d’être nous-mêmes,

protégeons la liberté du bien,

sa créativité,

sa poéticité,

comme des forteresses de la vérité du bonheur,

pour l’Europe nous sommes un bouclier contre Poutine le Ravageur,

c’est pourquoi les villes et les villages ukrainiennes

sont devenus l’épicentre de la guerre.

***

Poésie du bien total, ne reste pas silencieux,

car la guerre crie,

mondes et univers enluminés de poèmes,

on ne pourra jamais couvrir votre ciel

fait de matières sublimes comme une âme supérieure,

haut comme l’éternité,

car pour que soit le bonheur total

vous existez, univers futures,

et si les gens croyaient en poèmes du bien

et la politique et l’économie s’appuyaient plus sur la littérature humaniste,

les systèmes et les humeurs sociaux de toute la planète deviendraient vertueux,

et la vie terrestre ne serait pas dévalorisée par la mort,

voilà la véritable centralité de la poéticité

capable de tout transformer en bonheur et beauté

qu’on a du défendre déjà aux abords,

au rez-de-chaussée des cultures,

et je veux espérer que tout cela est fait pour le développement des gens et des littératures…

 

 

OCCUPATION

L’identification de l’occupation est le premier pas pour la libération.

Non seulement de l’invasion russe, mais aussi de tout envahissement

et asservissement

politiques,

culturels,

spirituels,

que ce soit d’un humain ou d’un pays.

Je veux que mon état n’envahisse pas mon droit à mon propre monde

et sa conception.

La personnalité, le pays

a besoin de s’affirmer

et de défendre son indépendance

contre les ennemis.

Il est sage de quitter l’esclavage pour le bien, pour l’amour, la beauté de son égalité

par rapport aux autres.

 

 

HOMME-MOTS

Les homme-mots, c’est une nouvelle espèce,

née des dimensions du mot

dont l’évolution s’est faite pas les langues ;

avec les sujets de censure

et les rebelles du texte…

Car trop programmés

sont devenus les hommes-mots

pour aller là

où dans leur intérêt

l’ont décidé

ceux qui sont au sommet de la pyramide,

depuis l’âge de la pierre

jusqu’à celui de l’électronique.

Le prix de la vie d’un homme-mot

est estimé en un chiffre,

est réglé par un jeu de compte.

Les homme-mots munis d’esprit

sont enfermés dans les livres

écrits soi-disant au nom du Puissant,

mais en fait on les délivre

même plus bas, vers une autre

contrée,

côté

du mot

que quelqu’un s’est tranché

du Tout-Mot

libre et étendu

pour régner sur les homme-mots.

Homme-mots ! Ne vous fermez pas.

N’arrêtez pas

la liberté du mouvement

du mot-monde créatif

de votre épanouissement.

Vivez sur la Terre par la bienveillante liberté !

Marchez par l’âme-mot vers le développement dans cet Univers !

Partez par les vers…

Passez par la prose…

Enrichissez par les nouveaux sens

et les définitions les langues

des dieux et des univers-mots.

Allez parallèlement,

volez harmoniquement,

malgré les maisons-livres spirituels des âmes

de-ci de-là.

Mais avant cela, invitez la paix dans vos âmes

la paix avec vous-mêmes et avec les autres,

dans l’harmonie de bienveillance où a crû la

variation du logos,

et seulement après les galaxies de pratiques,

des incarnations et réincarnations spirituelles et verbales,

nous apprendrons à matérialiser le mot…

(Traduit de l’ukrainien par Ella Yevtouchenko)

 

Peintures: @Robert Indermaur.

 

Nota bene: Mykola Istyn est un écrivain ukrainien, qui écrit de la poésie, de la prose et des essais. Il habite et travaille à Ivano-Frankivsk (Ukraine).

1 Comment

  • mona dit :

    Merci pour ces mots qui rappellent que la parole a aussi un sens… poétique, oui… mais plus proche du réel.

    Дякую за ці слова, які нагадують, що мова також має значення.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.