Le Passe Muraille

Aux mimes égarés

À la manière de Céline…

par Philippe Di Maria

Je ne lis plus grand-chose, pas le temps, pas envie… trop de misère accrochée partout aux pages… lourdes, si lourdes leurs phrases à tous!… au marteau-pilon qu’ils rabâchent!… et pan!… et pan!… pas musiciens pour un kopeck!… je laisserais bien faire mais voilà, il y a Arthur que me tire par la manche… Ferdine, Ferdine! qu’il gueule, gaffe!… tu vas t’en ramasser tout un bac, tout un train, tout un Boeing de lamanièrede!… qu’on va plus savoir où les mettre!… un plein tanker de faussaires!… faut que t’agisses, et recta!… Écoute, qu’il rajoute, c’est pour un concours… c’est le thème!… un pastiche, un «à la manière de»… tu parles qu’ils vont tous joui-jouir à céliner!… une constellation de zélés plagieurs à tes basques!… tout un bataillon de clanculs!… Ferdine, dis?… tu m’entends?… Ferdine?…

Y commençait à me courir, et pas qu’un peu l’Arthur!… fallait bien que je lui réponde!… y m’aurait emmerdé à pas finir!… je l’aurais jamais décollé!… y a pas plus pire sangsue que lui!… d’accord! que je lui fais enfin!… je vais leur trousser un libelle!… que ça va leur illuminer leur gazette… que ça va les changer des wagons de prousteries qu’ils vont recevoir!… des bossueteries amen, des joyceries néon Bloom, des bars à Barthes, des flaubertiades et autres lafontaineries à deux sols à déborder de partout!… vont voir arriver un tsunami de contrefacteurs au Magazine!… tous debout pour le premier prix!… ah oui, ils veulent tous être écri-vaîîîîîn… mais y savent pas chanter!… que des phrases malades qu’agonisent dans les pages!… s’il n’y a pas la musique, y a rien!… alors ils pondent 700 pages de scribouillages laxatif best-seller et ils arrivent à purger 600000 gogos… tu écris Fucca et t’as ta trogne chez Decaux, sur tous les quais de gare, les coins de rues, dans tous les torcheculs du jour, colonne Morris et compte en suisse!… mais là, au jeu du singe, sûrement que ce sera moi le plus copié!… tous ces naïfs qui s’imaginent qu’il suffit de troispointer!… ils font que ramper, zombies dans les pages!… ineptes ixodes!… aptères Calibans aux feuillets!… j’en traîne tant au cul de ces mimes bubons!… j’en déborde!… c’est la colique!…Ils sont pesants à plus savoir!… à tonnes d’étrons!… tellement loin de l’esprit!… de la lettre!… de la légèreté!… pas un qu’a compris!… faut trouver le rythme, l’émotion… mais pour ça faut travailler!… et travailler encore!… laisser la tripe et la vinasse!… caméléons séides boursouflés d’impudence, épigones fous jaloux, torchant du Céline-au-mètre… si facile qu’ils croient!… trois points partout!… Faites, faites, qu’on se marre un peu!… qu’on vous mire bien le fond du froc!… torchis verbeux tout frais fané!… ils veulent tous être goncourisés, renaudisés, nobelisés… ah, pas beaucoup de vrais!… Tiens, si, j’en vois un!… par les grandes vagues!… au-delà d’autres océans qui rugissent en trombes!… où les villes tombent d’être restées trop fières debout… où les hommes tombent à leur tour, de vivre si pauvres…

Là-bas en Amérique… il y a Cormac McCarthy!… Méridien de sang, Suttree, La Route… il brosse pas dans le sens du poil, le Cormac!… en voilà un qui met ses tripes sur la table!… volutes d’enfer sur ses feuilles… stylo de Satan bien dans le prose du lecteur!… il tient son style!… il en est maître!… il connaît bien l’Homme et sa saloperie naturelle!…

J’en reviens à mes épigones!… trop pressés tous!… immédiatement!… c’est le nouveau mot-clé du monde!… tout, tout de suite!… courriels, mobiles, fax!… faut une réponse immédiate!… c’est un ordre!… au pied!… et que les autres crèvent de faim!… vae vic-tis!… n’avaient qu’à naître ailleurs!… je les ai vus, moi qui vous raconte, par moins cinq degrés, costards en laine, fourrures indécentes, panses et culs à exploser, blablatant sur l’amour du prochain!… pas une piécette pour le miséreux gelé du trottoir qui sanglote à leurs semelles!… glisse et passe, pâle limace de glace!… l’homme est né égoïste étron!… il jouit de voir mort son prochain!… toujours mieux que crever soi-même!…

Je rêve à des cieux étoilés… qui valsent et virevoltent aux nuages… à grands tourbillons… par les vents tièdes qui réconfortent!… en d’autres folles féeries!… où l’homme aimerait l’homme… falbalas dansants et chantants!… rigodons d’azurs!… à feuilles soyeuses chues sur un cœur..

p.a.a. Ph. D. M.

(Le Passe-Muraille, N° 83. Juillet 2010)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.