Le Passe Muraille

Adieu poète

Deux poèmes de Maurice Chappaz

Comptine des poètes absents

Revenez, revenez du futur

mélancoliques frères,

revenez à la pluie quotidienne,

revenez vous abriter sous l’auvent,

allons prenez de l’embonpoint

comme les curés, les passe-crassanes,

ne bougez pas au soleil.

Laissez flâner la pluie

sur l’écorce.

Vous êtes toujours loin,

vous allez chez les morts,

vous parlez aussi à des bonshommes

qui ne sont pas encore nés.

Mais vous risquez de perdre en route

votre sac plein d’âmes.

Et de sécher au lieu de mûrir.

Envoyez-nous une carte

d’Assise ou d’Egypte.

Priez je vous le dis

toute la nuit.

Tuez les mots

pour faire naître les images

et puis sacrifiez les images

pour connaître le sens.

Et si votre espace intérieur

ne se remplit d’univers

revenez, revenez, insensés…

à la petite maison

et aux bons poiriers.

Le Litre d’ombre

Sur la table

un nuage dans un litre,

je ne désire rien de plus.

Mais l’épicier du coin,

les temps sont durs,

A dû devenir espion pour vivre.

Oh ! je ne comprends pas,

J’étudie beaucoup ;

en chemin j’ai rencontré deux marguerites

dans le jardin de l’hôpital.

Elles me disaient : « Ils n’ont pas supprimé la Mort

Vêts-toi de blanc

et sois tendre malgré tout,

nous sommes des fleurs de là-bas,

la patrie que nul n’aperçoit :

… c’est la terre ».

Rues et rues, étoiles bouillantes.

L’apostrophe des motos !

L’eau de l’évier

sur la motte de beurre en chaleur.

Qu’est-ce que l’amour ?

Depuis que ce quartier a été bâti

je me retourne dans mon lit :

partout la violence du rat.

Je désire dormir,

je désire ne pas être.

De ma fenêtre

les garages montent au ciel,

les librairies-pâtisseries

voisinent avec les fabriques de marteaux-pilons.

Elle bourdonne, notre ruche !

et dans la millième alvéole : un poète

Un seul mot sur sa feuille de papier :

Silence !

Je suis chanoine à l’Eglise de Saint-Ogre ;

Je suis gros et gras ;

Je cultive mes immeubles locatifs.

Dieu n’existe pas

Mais le journal et le chocolat glacé.

M.C.

 

Maurice Chappaz. Pages choisies II. L’Age d’Homme, Poche suisse, no145.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *